A Taïwan, Han Kuo-yu, favorable à un rapprochement avec Pékin, élu président du Parlement

Source link : https://news7.asia/news/a-taiwan-han-kuo-yu-favorable-a-un-rapprochement-avec-pekin-elu-president-du-parlement/

Le président du Parlement taïwanais, Han Kuo-yu, à Taipei, le 1er février 2024. I-HWA CHENG / AFP Les 113 députés élus au Parlement taïwanais, le Yuan législatif, le 13 janvier, sont entrés en fonction jeudi 1er février, alors que le futur président du Parti démocrate progressiste (DPP), Lai Ching-te, ne sera intronisé qu’en mai. Aucun des deux grands partis taïwanais ne disposant de la majorité absolue, c’est avec l’appui des deux députés indépendants et l’abstention des huit députés du Parti populaire taïwanais (PPT) que Han Kuo-yu et Johnny Chiang, les candidats du Kouomintang, furent respectivement élus président et vice-président. Dans ce nouveau Parlement, le Kouomintang, l’ancien parti nationaliste chinois, occupe 52 sièges (contre 38 dans la législature précédente) et le DPP, au pouvoir depuis 2016 et réélu en janvier pour un troisième mandat présidentiel, n’en occupe plus que 51 (contre 68 en 2016 et 61 en 2020). Au cours de son discours d’investiture, Han Kuo-yu s’est engagé à respecter le principe de neutralité auquel son rôle l’assigne. « Les Taïwanais souhaitent un Yuan législatif qui prenne au sérieux la gouvernance, qui soit coopératif et uni, et qui se consacre au bien-être de Taïwan. (…) Je tiens à rappeler aux 113 législateurs que le monde observe la démocratie taïwanaise », a affirmé celui qui avait, en 1993, roué de coups, au point de l’envoyer à l’hôpital, l’ancien président de la république, Chen Shui-bian (DPP), quand les deux hommes étaient jeunes députés. Lire aussi le portrait : Article réservé à nos abonnés Lai Ching-te élu président de Taïwan pour des années houleuses face à la Chine Le Parlement taïwanais est l’un des plus indisciplinés de la planète. Il arrive de voir fuser sous le portrait de Sun Yat Sen, fondateur de la République de Chine (nom officiel de Taïwan) téléphones portables, micros, chaussures ou boîtes repas avant que les députés n’en viennent aux mains. Avantage symbolique Pour Han Kuo-yu, 66 ans, personnage plutôt rustre mais rusé et charismatique auprès des foules âgées, grand perdant à l’élection présidentielle de 2020, cette nomination est un retour inespéré au cœur de la vie politique. « Il est de contact facile. Certains disent qu’il boit beaucoup, mais c’est juste pour mettre les gens à l’aise et se faire des amis. C’est un bosseur », assure au Monde Yeh Kuang-Shih, qui fut son adjoint à la mairie de Kaohsiung. Sa défaite de 2020 pour la présidence s’était doublée d’une autre claque politique quand les habitants de la grande ville du sud, Kaohsiung, avaient réussi à l’expulser de la mairie, au terme d’une procédure rarissime. Deux ans plus tôt, sa conquête inespérée de cette ville, considérée comme un bastion DPP imprenable pour le KMT, avait montré sa pugnacité et son ambition. Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source link

Author : News7

Publish date : 2024-02-02 23:28:41

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.